Congrès de Guilherand - 2017

Guilherand Granges, 18 et 19 mai 2017

Une protection sociale de progrès et garantie

Pendant la campagne présidentielle, les retraités n’ont guère été pris en compte dans les programmes des candidats, leur laissant le sentiment amer d’être laissés de côté et oubliés. Or, ils rencontrent de réelles difficultés de pouvoir d’achat et de couverture sociale. Nul ne peut ignorer que la classe moyenne - à laquelle nous appartenons - est la grande oubliée de notre système économique et social depuis plusieurs années.
Notre société doit faire face à des enjeux majeurs : déficits, mutation du marché du travail, vieillissement de la population, allongement de l’espérance de vie, renchérissement du coût des soins, financement. Des réformes doivent être mises en place, mais elles ne se feront pas en sacrifiant les retraités. La FENARAC s’y engage.
Nous avons payé des cotisations pour assurer la protection sociale de nos aînés avec l’engagement que la nôtre serait également garantie : nous demandons que cet engagement soit tenu.

La FENARA milite pour une protection sociale de progrès et garantie sur la durée, organisée autour du contexte démographique de notre pays : le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie. Voir nos résolutions 2017

En tout premier lieu, il faut réformer en profondeur l’assurance retraite pour que notre pouvoir d’achat et celui des générations futures, cessent de régresser.
Durant le précédent quinquennat, le pouvoir d’achat de nos adhérents a baissé. Certains sont devenus imposables et d’autres ont vu leurs impôts augmenter, alors mêmes que leurs ressources n’avaient pas bougé. C’est inacceptable.

Il faut également améliorer le remboursement des dépenses de maladie.
Bien sûr la sécurité sociale ne peut, à elle seule, assumer toute la prise en charge financière. Il faut une intervention des complémentaires, sous le contrôle des pouvoirs publics. Donner aux retraités une couverture complémentaire obligatoire, de qualité, avec des garanties adaptées à leur situation et à un prix abordable. Le Président HOLLANDE qui s'y était engagé, a échoué. La FENARAC, elle, n’abandonne pas !

Il faut de toute urgence baisser le coût des maisons de retraite qui étrangle les familles
La récente loi sur l’adaptation de la société au vieillissement adoptée fin 2015 a pour objectifs de prévenir la dépendance, permettre le maintien à domicile, soutenir les aidants. Cependant, les écueils sont encore nombreux : elle met de côté les questions essentielles du coût des maisons de retraite supporté par les familles - il peut dépasser le montant de la retraite -, et du financement, - toujours insuffisant -, de la prise en charge de la dépendance.